Traitement de la douleur

Introduction

De nombreux médicaments sont disponibles, que l’on peut utiliser seuls ou en association. Les antalgiques sont les traitements pharmacologiques de référence. Mais atténuer soi-même la douleur : c’est possible. Les médicaments ne sont pas le seul remède, il existe des réflexes à adopter.

Traitements pharmacologiques

De nombreux médicaments sont disponibles, que l’on peut utiliser seuls ou en association. Les antalgiques sont les traitements pharmacologiques de référence. Il existe trois paliers d’antalgiques définis par l’OMS qui permettent de classer les antalgiques des moins puissants aux plus puissants. Ils sont choisis en fonction du mécanisme et de l’intensité de la douleur.

  1. Le palier 1 regroupe les non opioïdes (paracétamol, anti-inflammatoires non stéroïdiens, salicylés) et convient aux douleurs faibles à modérées.
  2. Le palier 2 est constitué des opioïdes faibles (tramadol associé ou non au paracétamol, codéine associée au paracétamol, poudre d’opium associée au paracétamol, ou éventuellement dihydrocodéine) soulageant des douleurs modérées à intenses.
  3. Le palier 3 regroupe les opioïdes forts (morphiniques) et convient aux douleurs intenses à très intenses.

Les antiépileptiques et/ou antidépresseurs sont efficaces pour le traitement des douleurs neuropathiques car au-delà de leur indication habituelle pour le traitement de la dépression et de l’épilepsie, ils impactent la modulation de la douleur et sont donc capables de l’atténuer.

Les anesthésiques locaux (disponibles sous forme de patch, de crème ou de spray notamment) et le gaz anesthésiant par inhalation permettent d’insensibiliser temporairement une zone douloureuse, et sont donc couramment utilisés lors de soins douloureux.

Quel que soit le traitement choisi, les effets secondaires seront systématiquement recherchés et traités.

Votre douleur sera réévaluée régulièrement pour s’assurer de l’efficacité du traitement et de votre tolérance au traitement.


Traitements non pharmacologiques

Atténuer soi-même la douleur : c’est possible. Les médicaments ne sont pas le seul remède, il existe des réflexes à adopter. Se relaxer, se reposer et avoir une bonne hygiène de vie, c’est un bon remède. Vous aurez moins mal si vous dominez votre stress et si vous évitez les états de trop grande fatigue.

Bien que leur efficacité sur la douleur n’ait jamais été scientifiquement établie, d’autres traitements (tels que les massages, l’acupuncture, la relaxation, l’activité physique, la psychothérapie, l’hypnose etc.) peuvent aussi s’avérer utiles et compléter l’action de votre traitement pharmacologique : parlez-en à votre médecin.